blogmeblogmoi blogmeblogmoi
blogmeblogmoi
news de ça, de là


Thursday, June 27, 2002  

OPERATIONAL REASONS

anybody up for a thrill? why, just work in central london, of course!
not that anything ever thrilling ever happened to me here, fraser told me he once saw Robbie walk past him while he was on a break for a fag, and where was i, er??
and now once again, i get an email defending me to leave the building, i thought "god this company is starting to have some real radical HR policy", and then i am told a GUNMAN IS LURKING ROUND THE CORNER?!??
again! i missed all the fun!! 'can't even turn my frustration to the web (as usual), the webcam of Haymarket is somehow "not available for operational reasons".
at least fraser casually puffed by a hord of Mi5 snipers...
i am going to take up smoking too.


posted by lsdb | 4:39 AM


Wednesday, June 26, 2002  

"LE NEURONE VROUM-VROUM"

je ne dors plus, je ne mange plus. demain, je passe mon permis de conduire pour la 3e fois.
oui, je sais, à gauche en plus. et puis il faut que je vous confie un secret, là, ici, maintenant: je suis nulle. j'avais passé 3 tests déjà en France entre 18 et 21 ans, après quoi, j'ai abandonné.
docteur, la seule raison que je me trouve, c'est une déficience génétique. il me manque le neurone vroum-vroum. je commence à croire à ma théorie, au souvenir d'un de mes amis qui a raté 4 fois son permis, et qui m'a assuré que les "créatifs" était nuls en conduite (il est lui-même un petit génie du design). c'est donc décidé, je suis une artiste maudite, dans la plus pure tradition romantique, avec un ciel orageux et le vent dans mes cheveux.

mais quelle est donc l'explication physique? illumination! j'ai trouvé: tout est la faute de l'hémisphère gauche, l'hémisphère des mots, des arts et de la musique (j'ai omis les maths, parce que ça détruit ma théorie personnelle, mais pour rétablir une logique je dirait que mes difficultés en maths à l'école variaient beaucoup de prof en prof, + je dois avoir quelque chose de "matheux" en moi pour tant apprécier la companie de geeks!).

résumé: l'hémisphère gauche a tendance à se concentrer sur le détail plutôt que sur le tout, des milliers de détails vivides existant dans leur toute-puissante réalité. une grave déficience de l'hémisphère droit crée des troubles comme l'autisme, où chaque nouveau stimulus dérange l'ordre préexistant. (j'ai toujours cru que j'avais quelque chose de l'autiste en moi). et c'est là qu'intervient la théorie de la conduite: pourquoi tant d'abrutis conduisent des voitures rouges avec volant moquette? pourquoi ont-ils passé leur permis du 1er coup, et pas moi?? c'est mon hémisphère gauche qui veut se la jouer solo! je fais de la conduite créative!!
Unfortunately, all of this information gathering, interpreting, and comparing puts a lot of load on your left hemisphere which causes an increase in the sensation of speed and your stress level. This stress keeps you from getting into the zone, reduces your sensitivity, and generally screws everything up.
SCREWS EVERYTHING UP! EXACTLY!! merci Monsieur Chamberlain, enfin je comprend ce qui se passe. et en plus, il me reste toute la soirée pour reconditionner mon cerveau et suivre vos exercices destinés à l'hémisphère droit. car voyez-vous, l'hémisphère droit permet de faire les liens entre les différents éléments, il construit une réalité, un ensemble. alors peut-être les éléments individuels n'ont-ils pas cet éclat bleu-azur, mais au moins, on appréhende un tout qui a un sens!! (ps: les mystiques sont-ils hémisphère gauche??)

vous comprendrez maintenant l'intérêt d'exercer son hémisphère droit lorsqu'on est supposé avoir des yeux derrière la tête et tout voir, anticiper que cet abruti devant vous va tourner à droite d'un coup sans mettre son clignotant, que la moto va vous dépasser par la gauche (donc, du mauvais côté en angleterre, suivez au fond de la classe!), et que ce gamin va choisir son moment pour lancer son ballon juste devant vous.
compatissez avec mon état, moi qui au volant tombe en extase devant la couleur rutilante d'une moto, donne toute mon attention à l'élégance de la courbe jaune sur la route, et me jette corps et âme dans l'observation des variations de vert du feu.

je m'en vais donc faire des grimaces devant le miroir pour exercer mon hémisphère droit.
à mes amis de l'hémisphère gauche: priez pour moi, fabriquez de vos mains habiles des poupées vodou à l'éfigie de mon examinateur, écrivez-moi un poême épique sur des gladiateurs conduisant des chars, chantez-moi "long promised road" des Beach Boys en harmonie...
hémisphères droits... à bientôt sur les routes!

posted by lsdb | 3:43 AM


Friday, June 21, 2002  

THE DREAM IS OVER

no comments. england didn't deserve to win playing like they did in the 2nd half. terry butcher, ex-england captain, commenting before the match Scholes can unlock Brazil??? HAHA!!


posted by lsdb | 2:18 AM


Thursday, June 20, 2002  

BATAILLE

puisque la guerre semble être d'actualité (uhm.. mais est-ce vraiment une actualité? une actualité n'est-elle pas supposer comporter un certain élément de nouveauté?), je me suis dit que je pourrais vous poster cette bataille virtuelle, illustrant à merveille l'absurdité de l'exercice. seul un militaire pourrait s'imaginer qu'on puisse user de stratégie à ce jeu...
à noter qu'au moins ici on limite les frais à 5k, qui dit mieux?


posted by lsdb | 10:16 AM


Tuesday, June 18, 2002  

GOOOOAN!

si vous avez été sous terre les dernières semaines, il est encore temps de sauver l'honneur et rapidement créer votre minimoi version south park. (via dave)

hum, je me demande si cela exprime mon surmoi...







posted by lsdb | 10:36 AM


Monday, June 17, 2002  

ELVIS IS NOT DEAD

you might have noticed that Elvis is back in the news . 25 years after his death, he is topping the UK charts for the 18th time, with "a little less conversation", which features in the Nike World Cup ad, thus having more number ones than the Beatles, who held the previous record with 17.
as i suspect you must have some spare time if you are reading this, why not turn this into a real creative experience? pick up your pencils and enjoy the downloadable Elvis colouring books. you can also " surf through 3 gnarly runs" or singalong with the King.
at last some real fun for the kids!

posted by lsdb | 10:38 AM


Thursday, June 13, 2002  

DIMANCHE EST LE JOUR DU SEIGNEUR

prologue

je hais les dimanches. peut-être est-ce le souvenir de la morosité des rues de banlieue aux commerces fermés, la hantise du lundi qui se profile déjà.... pourtant ce dimanche-là, les choses se sont passées autrement.

après avoir mis de l'ordre dans mes cartons de déménagement et fourré le reste sous mon lit, je me suis tournée vers la fenêtre qui donne sur le jardin. "aujourd'hui, c'est dimanche, et ce soir.... ah! ce soir.... oui, décidément, c'est un beau dimanche...". j'ai oublié depuis si le temps était effectivement au beau. le fait est que je me souviens de soleil et de beaux nuages cotonneux qui n'ont probablement jamais été là, parce que j'étais dans une douce expectative: "ce soir, je vais voir brian wilson".
qu'à la mention de ce nom vous ne vous trouviez pas soudain inondé de soleil est une grande chance. la chair est peut-être triste, mais vous n'avez pas lu tous les livres. ou plutôt, pas écouté tous les disques. brian wilson était l'âme des beach boys, le compositeur génial de 23 ans de "pet sounds", l'album qui a poussé les beatles à rivaliser de créativité avec St Pepper; brian est celui qui s'est perdu en écrivant "smile" , sa "symphonie adolescente à Dieu", un chef-d'oeuvre inachevé, dont les fans conservent religieusement les innombrables versions pirates.
je ne me suis jamais pardonnée d'avoir raté sa venue à londres en janvier dernier. god save the queen, grâce à son jubilé, brian revient avec deux concerts exceptionnels au royal festival hall. qu'importe le prix de la place, être aux premières loges de l'histoire du rock n'a pas de prix.

et la lumière fut

les lumières s'éteignent et les musiciens entrent sur scène. "brian" (il est comme de la famille pour la plupart des spectateurs de la salle comble) s'assied devant son clavier, jette un oeil aux prompteurs qui l'aident à mémoriser les paroles, un silence, puis le souffle que je retiens sort de sa poitrine avec une divine limpidité. de grosses larmes roulent sur mes joues devant le bouleversant spectacle de cet homme devenu l'ombre de lui-même, et qui cependant sur scène incarne la grâce même. le compositeur génial et l'homme apeuré se retrouvent en harmonie parfaite sur des joyaux musicaux comme "heroes and villains" ou "surf's up".
brian, le survivant, se mesure à l'infini en levant les bras au ciel quand il dédie "forever" à son frère défunt dennis. il a malgré lui et au prix le plus fort, conservé une innocence qui désarme d'entrée tout cynisme. qu'il chante "let's be friends" (de l'album "friends" 1968), ou "a lotta people out there hurtin' and it really scares me" pendant "love&mercy" (issu de son premier album solo en 1988), sa voix recrée avec la plus grande pureté les peurs et les émotions universelles.

au début de la seconde partie, où il suit fidèlement l'ordre d'apparition des titres de pet sounds, sa voix se brouille et s'essouffle devant leur majesté devenue écrasante. puis il annonce "god only knows", la chanson dont paul mccartney a dit qu'elle était sa favorite. et là, le miracle se produit une fois de plus: brian la chante comme s'il venait juste d'achever sa composition au piano. dieu seul sait en effet comment cet homme épuisé par la vie retrouve soudain l'énergie d'une telle justesse. comme mccartney a raison! brian wilson partage avec lui le génie des mélodies pérennes, qu'il a su capturer comme à la chasse aux papillons, avec un charme enfantin et une grâce venue d'ailleurs.
"i wasn't made for these times" me rappelle au souvenir d'une journée passée à fumer des cigarettes japonaises, en regardant la tête à l'envers les nuages passer le long de l'encoignure de la fenêtre. "sometimes i feel very sad, sometimes i feel very sad..."

mais brian en a maintenant assez des larmes et ordonne à son public de se lever: place au rock'n'roll.
le royal festival hall est soudain transformé en barbecue géant, les gens sont debouts, se dandinent et tapent des mains, je chante à tue-tête "good good good vibe vibe". puis s'enchaînent "california girls", "help me rhonda", ça vire à l'ambiance mariage, des chenilles et farandoles se forment, l'image des martin circus et de vacances en normandie plane le temps de "barbara ann", les fashion victims ne se soucient plus guère de rien et sympathisent avec les touristes américains à casquette étoilée, les grands-mères swinguent, une chanson, une autre, brian part, revient, puis les lumières se rallument.
j'ai l'impression de sortir d'un rêve. par une porte de secours, je vois un spectateur disparaître, juste le temps de lire sur son t-shirt, en grosses lettres blanches: BRIAN IS GOD.






posted by lsdb | 5:03 AM


Wednesday, June 12, 2002  

FLASHBACK

Etant d'humeur musicale ce matin, après avoir fini mon compte-rendu du concert de l'année (encore à poster...) , je me suis dit que cela pourrait vous intéresser au cas où vous ne l'auriez pas encore vu: mon premier 45T, mon premier concert, ma première dédicace, mes chorégraphies infernales dans le salon alors que je n'étais pas plus grande que trois dents de lait...tout ça revenu d'un coup, dans l'espace de ces quelques bytes...
merci à yomgaille via fraser.


posted by lsdb | 7:25 AM


Tuesday, June 11, 2002  

ET UN, ET DEUX - ZERO

bon. moi qui ai sacrifié mon sacresaint sommeil du petit matin, je me suis soudain demandée ce que je faisais à 8 heures du mat' en nuisette et les cheveux mouillés debout devant la télé...
allons, nous ne pouvons pas être champions d'Europe et du monde pour toujours... "oui, mais au moins on aurait pu perdre élégamment comme le Brésil en finale" me dit me frère qui m'appelle de Paris, tout abattu...
et que tout à coup on se dit "ah merde, voilà, tout arrive toujours en même temps, on perd au foot, personne ne vote et les législatives sont décourageantes, il fait un temps de merde cet été, j'ai filé mes bas, je suis en retard, je suis fatiguée, je ne sais plus ou j'en suis avec tout ça, ah le foot je m'en fous. mais putain, quand même on aurait pu marquer pour sauver l'honneur, un pauvre petit but, MERDE!"

bon. pour une fois mes petits anglais m'ont épargné leur refrain vieux de plusieurs millénaires "the French are arrogant, blah blah...".
je leur en suis gré, peut-être se sont-ils aperçus que je prenais ça vraiment sérieusement... ah! leurs efforts de réconfort me font me sentir triste comme une petite gamine...

posted by lsdb | 3:33 AM


Friday, June 07, 2002  

bon.
tout a commencé avec le blog présidentiel, et ce week-end, l'actualité des urnes est une fois de plus au rendez-vous.
j'avoue que depuis ma perspective a changé. tout s'est accéléré, et il m'est apparu clairement qu'un blog bien documenté sur le sujet demandait un investissement en temps dont je ne dispose plus. vous me direz, tout est question de priorité. en effet, avec les présidentielles, l'urgence était évidente, inévitable, il fallait que j'y réponde. bien que je n'aie jamais imaginé que mon blog ferait la différence à l'époque, je savais que ne pas utiliser ma liberté d'expression dans ce contexte était une atteinte aux droits qui m'étaient donnés. il a suffit d'une seconde pour penser à tous ces pays où cette chance n'existait pas. une seconde pour se dire que si je n'écrivais pas mes quelques lignes maladroites, je courais le risque d'avoir le droit de me taire pour toujours.
aujourd'hui, l'enjeu est identique, mais le coeur n'y est plus.
les sympathisants de gauche portent la responsabilité du choix ultime, plus consciemment que jamais: peut-être flatteur, mais insupportable. le choix de ne pas voter pour ses convictions. alors on commence à penser stratégie. seulement voilà, à voir les listes, il ne semble pas que les candidats aient pensé stratégie. regardez les écologistes.
je pleure de frustration en pensant qu'une cause aussi légitime puisse être ainsi aussi mal servie. au point d'en faire perdre sa légitimité aux yeux de ceux qu'il faut encore convaincre de son intérêt. dans ma circonscription, les votes vont s'éparpiller entre les verts, génération écologie et cap21. n'est-il pas incroyable qu'une même cause puisse diviser à ce point? est-il donc si difficile de fédérer les esprits sur les espoirs communs?
j'ai lu les professions de foi des candidats écolos. j'ai été *très* gênée par la similitude de vocabulaire entre le discours de génération écologie et celui de Lepen: délinquants, ruralité, mondialisation, "art de vivre français dilué dans une europe sans caractère"... puis ils nous annoncent entre deux lignes que l'énergie du futur est l'hydrogène. ah oui, vraiment?
programme bordélique, kil-est-où le plan de dissert' et l'appendix pour la bibliographie?

en attendant, Mégret nous promet de "désarmer les bandes ethniques qui sévissent dans nos cités" et de mettre fin à "l'immigration-islamisation". LePen veut "redonner à notre armée les moyens matériels et humains nécessaires à notre sécurité extérieure et intérieure". l'armée pour la sécurité intérieure?? ça promet...

pour ajouter à la confusion, mon maire RPR se présente. son appartenance politique n'est que très peu entrée en jeu au niveau local, comme je suppose c'est le cas pour tout maire modéré. je pense qu'il était sans conteste le meilleur candidat au niveau communal. par contre, si je commence à prendre en compte qu'il représente un siège RPR potentiel au parlement, ma perspective change. c'est son rôle local contre son rôle national.

et moi, dans tous ça, je dois choisir...

français, françaises, de droite ou de gauche: BONNE CHANCE POUR DIMANCHE!







posted by lsdb | 9:28 AM
 

YES!!!!!

ah! de l'avantage d'être expatriée: on soutient deux équipes, et quand l'une d'elles jouent aussi bien que l'Angleterre aujourd'hui, on ne peut que se réjouir d'avoir un jour fait ses valises. un peu de baume au coeur après le match France-Uruguay, où je me suis sentie bien seule.
je me rappelle le dernier match Angleterre-Argentine en 98, où un terrible silence s'était soudain abattu sur tout le pays. tous ces grands garçons qui sanglotaient hier, défilent à présent sous la pluie, avec un sourire béat éclairant leurs visages radieux. le souvenir de l'infamie a été effacé par un penalty de beckham, celui-là même qui avait quitté le terrain sous les huées, et qui aujourd'hui est célébré comme un héros.

Une chance que les couleurs de mon écharpe ENGLAND soit aussi bleu blanc rouge!




posted by lsdb | 7:00 AM


Wednesday, June 05, 2002  

très intéressant ce petit article sur Netlex: que veulent les bloggeurs?
être bloggeur aujourd'hui, c'est difficile. je pense cependant que l'équation est simple: la plupart des bloggeurs aiment écrire, leur idéal étant d'écrire le plus possible. pour cela, il faut du temps. time is money.
grâce à ce principe de base, on peut en déduire le profil type du bloggeur (scientifiquement prouvé, comme les lessives)

commençons donc une petite étude sociologique. quel bloggeur êtes-vous?

1- le bloggeur étudiant: du temps libre à satiété, à se tourner et se retourner dans son lit, à finalement se dire qu'on pourrait emmener la couette devant l'ordinateur, et parler au monde du fait de se tourner et de se retourner dans son lit et de décider d'emmener la couette devant l'ordinateur pour parler au monde. blog à tendance introspective.
2- le bloggeur chômeur: s'il a un ordinateur et une connexion internet chez lui, il est très probable qu'il soit a) étudiant (voir 1-), b) fraîchement licencié du monde new media, auquel cas il en a gros sur la patate; il dispose d'une inépuisable réserve de potins et d'histoires aberrantes sur ce monde cruel et stupide, et sera toujours le premier à se gausser du prochain échec d'une start-up ou à pleurer la tragédie du personnel. il crée des forums d'ex- et organise des barbecues où il pourra parler de l'absurdité des business-concepts existants autour d'une bière ou deux -. blog à tendance néo-sociale.
3- le bloggeur salarié: il utilise les ressources de son lieu de travail, et prend sur son temps de travail pour faire ses recherches et poster ses articles. le bloggeur salarié est un instable. il est ici et là, voudrait être là mais ne peut prendre le risque de quitter ici. il culpabilise sans cesse, car il a l'impression de sacrifier soit la qualité de son blog, soit son boulot, soit sa vie personnelle. blog à tendance hyperactive.
4- le bloggeur freelance: professionnel créatif, il met son savoir au service de son blog: design, écriture, journalisme, photos... blogs beaux ou biens documentés. bloggeur naturel, il vit en symbiose avec la technologie et se meut facilement entre la vie on et offline. blog à tendance zen.
5- le bloggeur techie: il accueille toute nouvelle opportunité de passer du temps supplémentaire devant son ordinateur avec enthousiasme. il utilise son blog pour être le premier à rapporter les problèmes techniques d'un nouveau logiciel ou pour échanger des souvenirs émus sur les premiers amigas. il poste parfois des articles non techniques, la plupart du temps dédiés à de la musique très très mauvaise. blog à tendance auto-suffisante.


posted by lsdb | 10:54 AM
archives
links